Le cheminement du héros:Initiation: 3.LaFemmeCommeTentatrice

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
jlFromLannion
Working Associate
Posts: 50
Joined: Sun Sep 19, 2004 1:44 pm
Location: Paris France

Le cheminement du héros:Initiation: 3.LaFemmeCommeTentatrice

Post by jlFromLannion » Thu Nov 22, 2007 11:00 am

Ce billet fait partie de ceux consacrés au cheminement du héros (billet d'introduction), dont les différentes étapes sont:

CHAPITRE I: LE DEPART
1.L'appel de l'aventure
2.Le refus de l'appel
3.Une aide surnaturelle
4.Le passage du premier palier
5.Le ventre de la baleine

CHAPITRE II: L'INITIATION
1.La route des épreuves
2.La rencontre avec la déesse
3.La femme comme tentatrice
4.Réconciliation avec le père
5.Apothéose
6.La récompense ultime

CHAPITRE III: LE RETOUR
1.Le refus du retour
2.La fuite magique
3.L'aide du monde extérieur
4.Le passage du palier du retour
5.Le maître des deux mondes
6.La liberté de vivre

Il fait suite au billet intitulé, "Le cheminement du héros: Initiation: 1.La route des épreuves"

The hero with a thousand faces
p. 120
Le mariage mystique avec la reine-déesse du monde représente la maîtrise totale de la vie par le héros; car la femme est la vie, le héros celui qui en vient à la connaître et à maîtriser ses aspects. Et les épreuves du héros, préliminaires à son ultime expérience et exploit, étaient symboliques de ces crises de réalisation grâce auxquelles sa conscience en vint à être amplifiée et fut enfin capable d'assumer la pleine possession de la mère-destructrice, son inévitable promise. De cette façon, il réalise que le père et lui ne font qu'un: il est dans le domaine du père.
Ainsi énoncé, dans les termes les plus extrêmes, ce problème peut sembler bien loin des préoccupations du commun des mortels. Cependant, tout échec à faire face à une situation de vie, revient, en fin de compte, à une restriction de la conscience. Les guerres et les accès de colère sont les contreparties de l'ignorance; les regrets sont des illuminations qui surviennent trop tard. Le sens complet de ce mythe tellement répandu du passage du héros est qu'il devrait servir de modèle général pour les hommes et les femmes où qu'ils en soient dans leur chemin de vie. Il est par conséquent formulé dans les termes les plus larges. Reste à l'individu à se situer au sein de cette formule humaine générale, et à la laisser l'aider à passer les murs qui le limitent. Qui sont ses ogres, et où sont-ils? Ils sont les reflets des énigmes non résolues de sa propre humanité. Que sont ses idéaux? Voici ce qui révèle comment il empoigne la vie.
Dans le cabinet du psychanalyste moderne, les étapes de l'aventure du héros parviennent à nouveau à la lumière dans les rêves et les hallucinations du patient. Avec l'analyste dans le rôle du guide, du prêtre qui effectue l'initiation, est sondée l'abysse au-delà de l'abysse de l'ignorance de soi. Et, toujours, après les premièrs frissons du départ vers les tréfonds, l'aventure se révèle être un voyage fait d'obscurité, d'horreur, de répugnance et de peurs fantasmagoriques.
Le point capital de cette curieuse difficulté réside dans le fait que ce que la vie devrait être correspond rarement à ce qu'elle est en réalité. Nous refusons généralement d'admettre en nous-même, ou en nos amis, l'ampleur de cette fièvre qui, avec sa dynamique propre, incite à la protection de soi, cette fièvre malodorante, carnivore, lubrique, qui est la nature même de la cellule organique. Nous préférons au contraire parfumer, maquiller et réinterpréter; pendant ce temps, nous imaginons que tous les cheveux dans la soupe sont la faute d'un déplaisant personnage extérieur à nous-même.
Mais lorsque nous commençons à comprendre, où lorsque s'impose à nous, que tout ce que nous pensons ou faisons est nécessairement teinté de l'odeur de la chair, alors, il n'est pas rare de faire l'expérience d'un moment de révulsion: la vie, les actes de la vie, les organes de la vie, la femme en particulier en tant que symbole grandiose de la vie, devient intolérable à celui qui est pur, et dont l'âme est pure, tellement pure.
The hero with a thousand faces
p. 123
Quand cette révulsion d'Oedipe-Hamlet continue à assailir l'âme, alors le monde, le corps, et par-dessus tout la femme, deviennent des symboles non plus de victoire, mais de défaite. Un système éthique monastique et puritain, qui nie le monde, transfigure alors radicalement et immédiatement toutes les images du mythe. Le héros ne peut plus reposer innocemment avec la déesse de la chair; car elle est à présent devenue la reine du péché.
L'étape suivante de ce cheminement est décrite dans le billet:
"Le cheminement du héros: Initiation: 4. Réconciliation avec le père"
Locked