Le cheminement du héros: Retour: 2. La fuite magique

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
jlFromLannion
Working Associate
Posts: 50
Joined: Sun Sep 19, 2004 1:44 pm
Location: Paris France

Le cheminement du héros: Retour: 2. La fuite magique

Post by jlFromLannion » Mon Mar 10, 2008 8:25 pm

Ce billet fait partie de ceux consacrés au cheminement du héros (billet d'introduction), dont les différentes étapes sont:

CHAPITRE I: LE DEPART
1.L'appel de l'aventure
2.Le refus de l'appel
3.Une aide surnaturelle
4.Le passage du premier palier
5.Le ventre de la baleine

CHAPITRE II: L'INITIATION
1.La route des épreuves
2.La rencontre avec la déesse
3.La femme comme tentatrice
4.Réconciliation avec le père
5.Apothéose
6.L'ultime récompense

CHAPITRE III: LE RETOUR
1.Le refus du retour
2.La fuite magique
3.L'aide du monde extérieur
4.Le passage du palier du retour
5.Le maître des deux mondes
6.La liberté de vivre

Il fait suite au billet intitulé, "Le cheminement du héros: Retour: 1. Le refus du retour"


The hero with a thousand faces, p. 197
Si le héros triomphant gagne la bénédiction de la déesse ou du dieu, et se retrouve de ce fait explicitement mandaté pour retourner dans le monde avec quelque élixir pour la restauration de la société, la phase finale de son aventure est supportée par toutes les ressources de son patronage surnaturel. D'un autre côté, si le trophée a été ravi à ses gardiens, ou si le souhait du héros de retourner dans le monde a courroucé les dieux et les démons, dans ce cas, l'étape finale de cette boucle mythologique se transforme en une poursuite endiablée, souvent comique. Cette fuite peut être rendue complexe par des prodiges d'évasion et d'obstruction magique.

The hero with a thousand faces, p.199
Les Bouriates d'Irkoutsk racontent, par exemple, que Morgon-Kara, leur premier chaman, était tellement compétent qu'il pouvait ramener les âmes du royaume des morts. Le Seigneur des Morts finit par s'en plaindre au Dieu Suprême des Cieux, et Dieu décida de faire subir une épreuve au chaman. Il prit possession de l'âme d'un homme et la glissa dans une bouteille, obstruant son ouverture de son pouce. L'homme tomba malade, et ses proches s'en allèrent quérir Morgon-Kara. Le chaman chercha partout l'âme disparue. Il chercha dans la forêt, dans les cours d'eau, dans les gorges montagneuses, dans la terre des morts et finalement, juché sur son tambour, il chercha dans le monde céleste, où là encore il fut obligé de chercher pendant longtemps. Il finit par se rendre compte que le Dieu Suprême des Cieux bouchait une bouteille avec son pouce et, étudiant l'affaire, s'aperçut que l'âme qu'il était justement en train de chercher se trouvait là. Le rusé chaman prit l'apparence d'une guêpe. Il vola jusqu'à Dieu, et lui piqua si fortement le front que son pouce en sauta de l'ouverture, et le captif put sortir. Dieu se rendit alors compte de la présence de ce chaman, Morgon-Kara, de nouveau assis sur son tambour, redescendant vers la terre, en compagnie de l'âme désormais retrouvée. La fuite, dans ce cas-là, ne fut pas entièrement couronnée de succès. Dans un terrible accès de colère, Dieu diminua pour toujours la puissance du chaman en séparant son tambour en deux. Voilà pourquoi les tambours des chamans, qui à l'origine (d'après cette histoire des Bouriates) étaient tendus de deux peaux, ne le furent plus, de ce jour, que d'une seule.
The hero with a thousand faces, p.201
Il ne faut pas défier à la légère les puissances de l'abysse. En Orient, l'on souligne les dangers d'entreprendre les pratiques psychologiquement
destabilisantes du yoga sans supervision compétente. Il est nécessaire d'ajuster les méditations du postulant à ses progrès, de manière à ce
qu'à chaque étape, l'imagination puisse être défendue par des devatas (des déités appropriées que l'on visualise), jusqu'à ce qu'advienne le moment où l'âme entrainée est prête à continuer seule. Comme l'a très justement observé le Dr Jung:"La fonction, dont l'utilité est sans nul autre pareil, du symbole dogmatique [est qu']il protège l'individu d'une expérience directe de Dieu, tant qu'il ne s'expose pas de lui-même à sa dangerosité. Mais si jamais... il quitte sa maison et sa famille, vit trop longtemps seul, et contemple trop profondément le sombre miroir, alors l'événement terrible et grandiose de la rencontre peut survenir. Même dans ce cas, le symbole traditionnel, qui s'est pleinement épanoui à travers les siècles, peut opérer une rescousse garante de guérison, en redirigeant l'incursion fatale du dieu vivant vers les espaces consacrés de l'église." Les objets magiques que le héros jette derrière lui, interprétation protectrice, principes, symboles, rationalisations, ou tout autre chose, retardent et absorbent la puissance du chien de poursuite céleste, permettant à l'aventurier de revenir chez lui sain et sauf, porteur, peut-être, d'une bénédiction. Mais le prix à payer n'est pas toujours léger.
L'étape suivante de ce cheminement est décrite dans le billet:
"Le cheminement du héros: Retour: 3. L'aide extérieure"
Locked