Le cheminement du héros:Retour:4.LePassageDu seuil de retour

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
jlFromLannion
Working Associate
Posts: 50
Joined: Sun Sep 19, 2004 1:44 pm
Location: Paris France

Le cheminement du héros:Retour:4.LePassageDu seuil de retour

Post by jlFromLannion » Thu Mar 13, 2008 2:18 pm

Ce billet fait partie de ceux consacrés au cheminement du héros (billet d'introduction), dont les différentes étapes sont:

CHAPITRE I: LE DEPART
1.L'appel de l'aventure
2.Le refus de l'appel
3.Une aide surnaturelle
4.Le passage du premier palier
5.Le ventre de la baleine

CHAPITRE II: L'INITIATION
1.La route des épreuves
2.La rencontre avec la déesse
3.La femme comme tentatrice
4.Réconciliation avec le père
5.Apothéose
6.L'ultime récompense

CHAPITRE III: LE RETOUR
1.Le refus du retour
2.La fuite magique
3.L'aide extérieure
4.Le passage du seuil de retour
5.Le maître des deux mondes
6.La liberté de vivre

Il fait suite au billet intitulé, "Le cheminement du héros: Retour: 3. L'aide extérieure"

The hero with a thousand faces, p.217
On ne peut concevoir les deux mondes, le monde humain et le monde divin, que comme distincts l'un de l'autre, différents comme peuvent l'être la vie et la mort, le jour et la nuit. Le héros s'aventure hors du monde que nous connaissons pour s'enfoncer dans la nuit; là, il accomplit son aventure, ou bien il s'y perd, est fait prisonnier ou se retrouve en danger; son retour décrit le retour hors de cette zone. Cependant, et ici se trouve la clé de la compréhension du mythe et du symbole, ces deux royaumes n'en sont en réalité qu'un. Le royaume des dieux est une dimension oubliée du monde que nous connaissons. Et l'exploration de cette dimension, de gré ou de force, voilà ce qui constitue le sens de l'exploit du héros. Les valeurs et les différentiations qui dans la vie normale semblent importantes disparaissent avec la terrible assimilation du soi dans ce qui autrefois n'était qu'altérité. Comme dans les histoires d'ogresses cannibales, la sensation de peur devant la perte de l'individuation personnelle, voilà ce qui peut constituer le fardeau de l'expérience transcendentale pour des âmes non préparées. Mais l'âme-héros relève avec audace le défi, et découvre que les sorcières sont changées en déesses, et que les dragons sont les chiens de garde des dieux.
Il doit cependant toujours rester, du point de vue de la conscience de l'état de veille, une déroutante incohérence entre la sagesse ramenée des profondeurs , et la prudence qui prouve généralement son efficacité dans le monde de tous les jours. D'où le divorce fréquent entre opportunisme et vertu, et la dégénérescence qui en résulte pour l'existence humaine. Le martyre est pour les saints, et les gens ordinaires ont leurs institutions dont il faut bien s'occuper. Pierre ne cesse de tirer l'épée du fourreau , comme dans le jardin, pour défendre le créateur et enseigneur du monde. La bénédiction ramenée des profondeurs transcendantes devient rapidement rationalisée en une non-entité, et il devient à nouveau urgent qu'un autre héros vienne re-vivifier le monde.
Comment enseigner à nouveau, cependant, ce qui a été correctement enseigné, et incorrectement appris, mille et mille fois, à travers les millénaires de folie prudente de l'humanité? Là réside l'ultime difficulté pour le héros. Comment rendre dans le langage de tous les jours les révélations inénarrables de l'obscur? Comment représenter sur une surface en deux dimension une forme en trois dimension? Comment traduire en terme de "oui" et de "non", des révélations qui dispersent dans un espace vide de sens toute tentative de définir les paires d'opposés? Comment communiquer à des individus qui insistent sur la preuve exclusive que leur apportent leurs sens, le message de la toute-fécondité du vide?
De nombreux échecs attestent des difficultés à franchir ce palier d'affirmation de la vie. Le premier problème de ce retour du héros est d'accepter comme réelles, après l'expérience nourrissante pour l'âme d'une vision d'accomplissement, les joies et les peines passagères, les banalités et les obscénités bruyantes de la vie. Pourquoi entrer à nouveau dans un tel monde? Pourquoi essayer de rendre plausible, ou même intéressante, à des hommes et des femmes consumés par la passion, l'expérience de la béatitude transcendantale? Tout comme ces rêves qui, capitaux de nuit, semblent simplement idiots à la lumière du jour, de même le poète et le prophète peuvent réaliser qu'ils sont en train de jouer les idiots devant un jury d'yeux ternes. Le plus simple est encore d'envoyer tout le monde au diable, et de repartir dans sa retraite céleste, de fermer la porte et de la sceller. Mais si jamais un obstétricien spirituel à déjà barré l'accès à la retraite d'une shimenawa, alors la tâche de représenter l'éternité dans le temps, et de percevoir l'éternité dans le temps, cette tâche ne peut plus être évitée.
L'étape suivante de ce cheminement est décrite dans le billet:
"Le cheminement du héros: Retour: 5.Le maître des deux mondes"
Locked