Qu'est-ce qu'un mythe?

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
jlFromLannion
Working Associate
Posts: 50
Joined: Sun Sep 19, 2004 1:44 pm
Location: Paris France

Qu'est-ce qu'un mythe?

Post by jlFromLannion » Mon Apr 14, 2008 8:03 am

Thou Art That, p.1
Laissez-moi commencer par vous raconter ce qui me pousse à placer la métaphore au centre de notre exploration de la spiritualité occidentale.
Quand le premier volume de mon Atlas Historique de la Mythologie Mondiale, La Voie des Puissances Animales, vint à sortir, les éditeurs m'envoyèrent faire une tournée de promotion. C'est la pire des tournées possibles car vous allez, indépendamment de votre volonté, d'animateurs en représentants de la presse, qui eux-même n'ont pas la volonté de lire le livre dont ils sont supposés parler avec vous, tout ça pour donner au livre de la visibilité vis à vis du public.
La première question que l'on me posait était toujours, "Qu'est-ce qu'un mythe?", ce qui constitue un départ pertinent pour une conversation intelligente. Dans une ville, cependant, j'arrivais dans un studio d'enregistrement où l'intervieweur était un homme jeune, à l'air impertinent, qui m'avertit sur le champ: "Je ne vous cacherai pas que je ne me laisse pas faire. J'ai fait des études de droits."
La lumière rouge s'alluma, et il commença de façon polémique: "Le mot 'mythe' veut dire 'mensonge'. Le mythe est un mensonge."
Je répondis alors par ma définition du mythe. "Non, le mythe n'est pas un mensonge. Une mythologie complète est constituée d'une organisation d'images symboliques et narratives, métaphoriques des potentialités de l'expérience humaine, et de l'accomplissement d'une culture donnée à un moment donné.
Il répliqua: "C"est un mensonge."
- "C'est une métaphore."
- "C'est un mensonge."
Cela dura environ vingt minutes. Quatre à cinq minutes avant la fin de l'émission, je réalisai que cet intervieweur ne savait pas réellement ce qu'était une métaphore. je décidai de le traiter comme il était en train de me traiter.
"Non", lui dis-je, "je vous affirme que c'est métaphorique. Donnez-moi un exemple de métaphore".
Il répliqua: "Vous, donnez-moi un exemple."
Je tenai bon, "Non, pour cette fois-ci, c'est moi qui pose la question." Je n'avais pas enseigné pendant trente ans pour rien. "Et je veux que vous me donniez un exemple de métaphore".
L'intervieweur en fut complètement destabilisé, et en vint même à dire: "Essayons de contacter un enseignant." Finalement, environ une minute et demie avant la fin, il s'y essaya et dit: "Je me lance. Mon ami John court très vite. Les gens disent de lui qu'il est rapide comme le guépard. Voilà un exemple de métaphore."Alors que s'écoulaient les dernières secondes de l'interview, je répliquai: "La métaphore n'est pas cela. La métaphore est: John est un guépard."
Il rétorqua: "Dire cela est un mensonge."
"Non", dis-je, "dire cela est une métaphore."
Et l'émission se termina.
Que suggère cet incident concernant notre compréhension commune d'une métaphore?
Cela me fit prendre conscience que la moitié de personnes dans le monde pensent que les métaphores de leurs traditions religieuses, par exemple, sont des faits. Et l'autre moitié maintient que ce ne sont en aucun cas des faits. Il en résulte des gens qui se considèrent croyants car ils acceptent les métaphores comme des faits, et d'autres qui se considèrent athés car ils pensent que les métaphores religieuses sont des mensonges.
laureline
Working Associate
Posts: 31
Joined: Mon May 12, 2008 11:08 pm

Post by laureline » Sun Feb 15, 2009 7:27 pm

Merci pour ce passage ! Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais on pourrait aussi parler au sens plus large d'"image" en plus de décrire le mythe comme une "métaphore". Le mythe serait une image ou un récit imagé qui nous permet d'être remis en contact avec des thèmes fondamentaux. Les quatre fonctions du mythe données par Campbell montrent bien l'importance de garder les mythes, et donc ces images, vivants. Il revient là-dessus dans "Pathways to bliss". Les mythes ont pour fonction d'abord de nous réconcilier avec la vie, puis de nous expliquer le monde (donc tous les mythes de la création). Le mythe justifie aussi un système social, c'est-à-dire les règles qui nous aident à vivre dans notre société, cela change selon les cultures. Mais le plus important pour Campbell, qui rend hommage en cela à Jung, c'est la fonction psychologique du mythe : il nous aide à franchir les étapes-clefs de la vie : devenir adulte, nous désengager de la vie en vieillissant, nous préparer à la mort.
Il a cette image magnifique de dire que le mythe est une "seconde poche". Joseph Campbell compare l'être humain au bébé kangourou qui a besoin de rester accroché au ventre de sa mère à l'intérieur d'une poche extérieure parce qu'il est prématuré. Il se trouve alors dans un second ventre formé par cette poche dont il peut sortir la tête pour regarder le monde, “un ventre avec vue” comme dit avec humour Campbell (PTB, p.18). Aux yeux de Campbell, la mythologie est l'équivalent de ce deuxième ventre pour les êtres humains. C'est cette poche mythologique qui nous permet d'arriver à un point où nous existons par nous-mêmes : “une mythologie n'a pas besoin d'être raisonnable, ni d'être rationnelle, ni d'être historiquement vraie ; elle doit être confortable, comme une poche” (PTB, p.19). Sans ce deuxième ventre, nous devenons des personnes mal nées jetées directement du ventre de leur mère dans le monde : notre psyché peut en être complètement abîmée.

J'espère que je suis claire ! Dites-moi ce que vous en pensez,
A bientôt,
Laureline.
Locked