Yvain et la puissance de rebâtir sur le temps perdu

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
laureline
Working Associate
Posts: 31
Joined: Mon May 12, 2008 11:08 pm

Yvain et la puissance de rebâtir sur le temps perdu

Post by laureline » Thu Mar 26, 2009 3:15 am

Pour rebondir sur la question d'Ercan, je n'ai pas lu le Da Vinci Code par contre je me risque à lire un aspect du voyage du héros à travers un roman mythique de chrétien de Troyes : Le chevalier au lion.

Qui n'a pas connu la folie d'Yvain ? Dans Le chevalier au lion de Chrétien de Troyes, Yvain commet une erreur fatale : il est marié à la dame de son coeur qu'il a conquis de haute lutte, il est parti avec ses compagnons de tournois en tournois mais il avait promis à son épouse de revenir à une date précise. Il oublie le temps. Sa femme lui envoie une émissaire pour lui annoncer que leur amour est terminé. En ne tenant pas promesse, il a perdu aussi son honneur d'homme et de chevalier. Cette prise de conscience est insupportable : Yvain sombre dans la folie, s'enfonce dans la forêt, vit comme un animal sauvage des années durant.

“Il aimerait mieux enrager vif/ que de ne pas pouvoir se venger/ de lui-même qui s'est retiré tout sentiment de joie”. “Il lui monte un tourbillon dans la tête si puissant qu'il perd la raison”

Enfin, une demoiselle secourable prend pitié de lui, et applique sur son corps un onguent magique qui lui rend la raison. Yvain sort tout d'un coup de sa folie. Il sait qu'il a perdu son temps en errance vaine. Parce qu'il y a des égarements qui n'apportent rien d'autres que le néant. Et seule une "aide surnaturelle" au sens de Campbell permet s'en sortir.

De telles périodes sont au coeur de nos vies. Un jour, on se réveille sous l'effet d'un choc électrique en réalisant combien nous avons perdu notre temps et sans comprendre ce qui a eu lieu : "je me suis retrouvé dans ce bosquet,/ je ne sais pas par quelle mauvaise fortune". La réaction d'Yvain est la nôtre devant le refus de reconnaître nos erreurs : la peur et puis la fuite. On peut rester prisonnier d'un échec des années durant.

“Il a peut-être éprouvé une grande douleur/ qui l'oblige à se comporter ainsi,/ car on peut facilement devenir fou de chagrin”

Joseph Campbell parle dans Puissance du mythe et dans Le héros aux mille visages de cette nécessité de s'enfoncer, comme le chevalier, seul dans la forêt dépourvue de chemin. Mais il y a aussi pour le héros des stations de folie comme les stations du calvaire christique. Pour ce héros Yvain, exemple rare dans la littérature épique, c'est la possible perte absolue de soi dans la forêt. L'égarement au sens propre qui mime l'égarement de l'esprit.

Mais Yvain est sorti de sa folie, de ce moment où le héros comme l'écrit Campbell doit traverser la mort pour mieux renaître. Il a quitté la forêt. D'abord il remercie la demoiselle secourable en prouvant sa valeur puis entame la route du retour, partie essentielle du voyage héroique, qui prend pour lui la forme de la véritable "série d'épreuves". Une route de reconquête : celle de l'élixir d'honneur et d'amour dont il s'était lui-même privé.

Et il l'emportera. Yvain, pour chacun de nous, c'est la puissance de re-bâtir sur le temps perdu.

Laureline Amanieux.
Locked