Joseph Campbell dans un lycée français.

Bienvenu(e) sur le forum en langue française consacré à Joseph Campbell et à son oeuvre. Si vous voulez en savoir plus sur les mythes
collectifs, ou sur votre mythe personnel, venez explorer et contribuer aux articles de ce forum.

Moderator: laureline

Locked
laureline
Working Associate
Posts: 31
Joined: Mon May 12, 2008 11:08 pm

Joseph Campbell dans un lycée français.

Post by laureline » Wed Jun 17, 2009 5:19 pm

J'étais à Paris il y a une dizaine de jours pour réaliser des conférences sur la pensée de Campbell en lycée. 80 élèves entre 14 et 17 ans. Je transmettais la quête du héros telle qu'elle est présentée dans Le héros aux mille et un visages de Campbell.

Point de départ : le conte du Petit Poucet de Perrault parce que le scénario de la quête héroïque s'y lit intégralement et que le conte est à peu près dans toutes les mémoires dans notre culture européenne. L'enjeu principal à mes yeux était de leur montrer comment faire de leur propre vie une quête accomplie.

Nous ne sommes pas entrés dans le discours psychologique approfondi ou métaphysique, et je n'ai pas élargi aux grands mythes et spiritualités mondiales. Leurs réactions étaient passionnantes. Quand je l'explique aux adultes autour de moi, j'entends parfois : “qu'est-ce que c'est idéaliste...” puis quelque chose du feu porteur de cette vision entre en eux.

Pour les adolescents, la perspective de réaliser une quête qui régénère la société était finalement plus évidente, mais le cheminement du héros hors de la morale, des normes habituelles du bien et du mal les interrogeait énormément. Comment accepter que toute quête puisse avoir aussi des conséquences négatives pour quelqu'un d'autre ?

C'est ce qu'écrit Campbell dans [i]Puissance du mythe[/i] : “Vous-même vous participez au mal puisque vous êtes vivant, sinon vous n'êtes pas vivant. Ce que vous faites est négatif pour quelqu'un d'autre, même si c'est positif pour vous et quelques autres”. (PM, p.124). Ou dans les entretiens avec Michael Toms que je citais dans un précédent message : “quand vous allez dans les profondeurs de la mythologie, les formes sont au-delà du bien et du mal”1. (Toms, p.51).

Pourtant le courage du héros est double : celui de faire un choix malgré son imperfection et les conséquences, parce que nous vivons dans le champ de l'action ; et à un moment ultime de sa quête celui d'être capable de se sacrificer, “il a pour objectif de sauver un peuple, un être ou de défendre une idée. Le héros se sacrifie dans un but précis, c'est la moralité de sa conduite” (PM, p.215).

Au final, l'un d'eux a exprimé l'essentiel : “ce n'est pas seulement un récit, un texte comme un autre, mais c'est le récit de notre propre vie”. Gagné :-)

Laureline.
Ercan2121
Associate
Posts: 824
Joined: Mon Mar 30, 2009 2:15 am
Location: Istanbul

Post by Ercan2121 » Thu Jun 18, 2009 1:59 pm

gagné :D
Gedsorcierlune
Associate
Posts: 4
Joined: Fri Jan 14, 2011 2:05 pm

Post by Gedsorcierlune » Fri Jan 28, 2011 12:40 pm

"C'est ce qu'écrit Campbell dans Puissance du mythe : “Vous-même vous participez au mal puisque vous êtes vivant, sinon vous n'êtes pas vivant. Ce que vous faites est négatif pour quelqu'un d'autre, même si c'est positif pour vous et quelques autres”."

C'est une idée passionante à méditer. Cette réflexion est en quelque sorte le corolaire de l'obligation pour le vivant de se nourrir de vivant. Etre implique une forme de destruction de l'autre... Voilà qui fait froid dans le dos.
Locked